Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maybe it's love - F. V. Estyer

Maybe it's love - F. V. Estyer

 

Maybe it's love - F. V. Estyer
Titre : Maybe it's love - F. V. Estyer
Auteur : F. V. Estyer
Edition : Hugo Roman
Merci à la Maison d'Edition pour cette lecture
Maybe it's love - F. V. Estyer
 
Ma Chronique
Maybe it's love - F. V. Estyer
Je n'ai pas aimé
 
Je ne connaissais pas encore la plume de l'autrice mais j'avais vu passer beaucoup de très bons avis sur ses romans. J'ai donc saisie l'occasion de découvrir Maybe it's love de F. V. Estyer pour voir, si j'allais moi aussi, succomber.

Nous allons suivre, Danila, dont la carrière de flic a subitement pris fin quelques années plus tôt. Depuis, il travaille à son compte en tant que détective. Les adultères, les fraudes, son boulot ne manque pas et il a bien besoin d'aide pour gérer son affaire. Arrive alors Claire, la nièce de son ami de toujours.
 
J'étais assez curieuse de découvrir cette histoire et au vu du résumé, je me suis dit que le côté enquête pouvait être sympa. En plus de cela, le résumé lassait entendre qu'il y a avait une différence d'âge entre les deux personnages, ce qui peut être vraiment intéressant en terme de confrontation de point de vue et génération.
 
Autant vous dire tout de suite, cette lecture s'est soldée par un échec. Je n'ai d'ailleurs pas fini le roman, m'étant arrêtée à plus de la moitié du roman et ayant lu l'épilogue pour tenter de me donner envie de poursuivre malgré tout. Au final, ça a été la goutte d'eau, j'ai abandonné à 60% de ma lecture. Et ce, pour plusieurs raisons.
 
Le démarrage a été compliqué. Avoir le point de vue de Danila est cool, et je dois dire que j'étais curieuse d'en savoir plus sur lui. Je trouve sympa qu'il casse les clichés, avec son amour pour les comédies romantiques (même s'il ne croit plus en l'amour) et ne recherche que le plaisir.
Compliqué puisqu'il dit lui même que le professionnalisme et lui ça ne fait pas deux. Il couche avec ses clients sans problème et a bien du mal à se retenir. D'ailleurs, son dernier flanchage s'est soldé par une relation à trois. Personnellement, j'ai beaucoup de mal avec les romances dans le milieu professionnel. Dans le sens où bien souvent, les personnages ne savent pas se retenir et récidivent. Pour l'éthique professionnelle, on repassera. Si encore, le couple du roman serait l'exception, mais non. D'ailleurs, il se rabâche sans cesse qu'il se comporte comme un ado de 15 ans (ce qui clairement, n'est pas un point positif, à presque quarante ans), on a plus la sensation qu'il y a un manque de maturité.

Ainsi, dès la première apparition de notre héroïne (malgré la présence de son oncle et ami), monsieur est déjà dans tous ses états. A noter qu'ils ont plus de quinze ans d'écart et donc qu'on pourrait s'attendre à ce que l'attirance ne soit pas immédiate, du moins de son côté à lui, plus attiré par les hommes (du moins au début du roman) et puis, cela reste une différence tout de même. Mais non, la différence d'âge n'est pas vraiment abordée, tout juste à plus de la moitié du roman et encore, seulement pour l'aspect sexuel par Claire (il est encore vachement bien conservé pour son âge). Ce qui est franchement dommage, parce que cet écart est quand même conséquent. J'aurais bien aimé voir la confrontation de génération, aller plus loin dans la démarche.
 
De son côté, Claire est... un cliché sur patte. La jeune femme de 22 ans, est toute excitée devant ce bel homme de presque 40 ans, barbu, tatoué et franchement grognon. On l'excuse volontiers pour son âge mais... le rabâcher à chaque chapitre de son point de vue... mouais, en terme de maturité, on a vu mieux. Niveau tempérament je n'ai pas non plu accroché des masses. Il est vrai que c'est un moulin à paroles (ce qui est assez drôle par moment), mais sinon, non, pas de feeling.
 
Le roman est très porté sur l'érotique et parfois même cru et assez répétitif. J'ai arrêté de compter le nombre de fois où le terme "queue" était présent. Clairement, notre personnage masculin pense plus avec ses parties intimes que sa tête. Je n'ai pas spécialement adhéré à ces scènes et ne leur ai pas trouvées un grand intérêt.  D'ailleurs, l'un des passages me reste en tête, est celui où Claire, persuadée de ne pas l'intéresser (puisqu'elle sait qu'il est attiré par les hommes), décide de l'embrasser pour voir s'il bande. Ce qui n'est pas le cas (une première en romance, qu'un baiser ne se solde pas par une érection), et donc elle est vexée. Fort heureusement, en chevalier servant, il lui démontre le contraire dans la seconde qui suit avec des préliminaires des plus épicés. A ce moment là, j'étais partagée entre rires et pleurs. Au bout d'un moment, j'ai d'ailleurs plus fini par en rire, ce qui est franchement dommage car il y a une certaine tension dans le roman avec cette attirance indéniable qu'il y a entre eux, mais finalement, je passais totalement à côté.
 
Je regrette aussi l'absence de l'aspect enquête, tout juste survolé. C'est simplement là pour planter le décor. Peut-être est-ce plus abordé sur le dernier petit tiers du roman ? Mais pour un petit pavé d'un peu plus de 450 pages, je m'attendais à ce que cela soit plus présent dans le roman. 
 
En conclusion, je pense que ce roman n'était pas du tout pour moi. D'autant qu'en ce moment, je suis dure à contenter en termes de romances. Mais là, c'était typiquement les schémas que je n'affectionne pas. Différence d'âge non exploitée, clichés un peu trop présent, manque d'éthique professionnelle et bien trop érotique et cru à mon goût. La romance ne m'a pas séduite et l'histoire en fond m'a déçue. Je ressors donc de ma lecture déçue et pressée de passer à autre chose.

C'est dommage car sur le papier, cela pouvait donner quelque chose d'intéressant et les éléments de base étaient prometteurs. Je trouvais d'ailleurs sympa de casser quelques codes avec ses personnages et j'ai apprécié les clins d'oeil à des films et séries TV mais cela s'arrête là. Je ne pense pas retenter d'autres romans de l'autrice, ayant été lire des avis de lecteurs, il semblerait que ce qui m'a déplu est un peu "sa marque de fabrique". Dommage.
Maybe it's love - F. V. Estyer

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article